The Clarisse Sisters

Nouveautés

Bonne Année depuis Saïgon…

Lors du dernier week-end de Janvier, nous avons reçu ce joli texte de Bruno LAURANT, un journaliste français spécialiste des radios FM, connu à l’Ile Maurice en 2005, alors qu’il dirigeait l’antenne de RADIO 1. Ce passionné de musiques et de voyages, nous a envoyé cette jolie lettre depuis le Vietnam, l’ancienne Indochine française, où la langue française est encore présente…

« KALEIDOSCOPE ! by The Clarisse Sisters : mon cadeau de Noël Mauricien !

De mes années à l’Ile Maurice je garde le souvenir de musiques locales un peu trop caricaturales et de beaucoup d’à-peu-près en termes de production et de diffusion. Une certaine frustration donc, malgré ce contexte propice à un univers musical festif. Reste que certains artistes pointent quand même parfois la barre un peu plus haut. Une exigence artistique qui ne peut se nourrir que d’échanges de styles et d’expériences internationales. Une ouverture. Indispensable.

Dans l’île, on tourne vite en rond, faute d’un public suffisamment éduqué et de médias trop limités. Kaya avait sans doute cette envergure, mais la sinistre police Mauricienne a mis un terme prématurément à l’aventure Seggae (la fusion subtile du Séga et du Reggae). Un jazzman (Incognito) et un bluesman mauricien (Eric Triton) ont aussi eu le souci de porter les notes plus loin.

Les Clarisse Sisters elles ont touché la terre promise: des concerts et des tournées dans le monde entier, comme choristes d’Erasure (Groupe de Vince Clarke – un des fondateurs de Depeche  Mode), Matt Bianco ou encore Basia. La crème. De retour à la maison, elles ont donc décidé de mettre leur expérience et leur talent au service de la musique de leur pays. Et de pondre leur propre galette, par la même occasion. Et le résultat est remarquable.

Cet album soigné et sophistiqué redonne des couleurs flamboyantes et pertinentes au Séga, la musique traditionnelle de l’Ile Maurice. Il fait honneur au genre et surtout à ses interprètes. On y retrouve tous les ingrédients habituels de la musique tropicale, mais sans ces clichés grossiers, qui finissent par être pénibles à la longue.

En visant plus haut et en privilégiant une rigueur joyeuse, les Clarisse Sisters ont échappé au naufrage habituel. On a là un séga jazzy, frais et fruité, consistant musicalement, mais toujours niché dans une coquille nacrée délicatement posée sur le sable chaud d’une petite île de l’océan indien.

Le rayon de soleil est là. Il illumine le lagon. Mais pas que. Les textes parlent d’autre-chose. La farandole donne envie d’aller plus loin. On pense alors au trépidant voyage tropical de Kid Creole and the Coconuts … Trois autres formidables choristes. Ce n’est pas un hasard. Welcome to the “Lifeboat party” !

Le morceau COLORS, impeccable, est symbolique de cette fenêtre ouverte depuis Maurice sur le monde. En 2005,  je recevais Annick Clarisse dans mon émission – Double face – sur Radio One. Elle me faisait déjà part de son envie de voir les 3 sœurs réunies pour un projet solo. C’est donc fait. Et bien fait ………

Bruno LAURANT

Hô-Chi-Minh-Ville (ex Saïgon)

Vietnam / Janvier 2017″

Bruno LAURANT (BIO): Originaire de Paris. 54 ans. Après une formation d’animateur et de journaliste dans les médias parisiens au cœur des années 80 (NRJ – L’Equipe & France Football), années riches et créatives, il poursuit sa carrière sur les ondes dans plusieurs pays. Madagascar où il créé et dirige Radio TV Kalizy (Majunga). L’Ile Maurice où il met en place la structure originale de Radio Plus comme Directeur des Programmes, avant de prendre la Direction d’Antenne de Radio One. Au  Mexique, il assure à la radio un programme consacré entièrement  au football, tout en Espagnol. Quelques incursions à la télévision, la rencontre avec de nombreux artistes et stars de haut niveau et la rédaction régulière d’articles pour la presse écrite complètent l’expérience de ce touche-à-tout trilingue et autodidacte. Passionné et exigeant. Spécialisé dans la musique, l’histoire, les Arts et le sport, il participe régulièrement à des projets liés à la musique, que ce soit en production, en diffusion, en promotion ou en animation. Pour lui, un seul genre de musique: la bonne ! Il voyage, vit  et travaille aussi dans le monde entier, pour s’immerger et se confronter à d’autres cultures que la sienne. Il vit actuellement en Asie, à Saïgon au Vietnam, où il donne des cours privés de français et de communication.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *